Le respect de votre vie privée est notre priorité

Le cookie ou fichier témoin est un petit fichier d’information stocké dans votre navigateur chaque fois que vous visitez notre page web.

Les cookies sont utiles car ils enregistrent l’historique de votre activité sur notre page web. Ainsi, lorsque vous revenez sur la page, celle-ci vous identifie et configure son contenu sur la base de vos habitudes de navigation, votre identité et vos préférences.

Vous pouvez accepter les cookies ou bien les refuser, les bloquer ou les effacer, à votre convenance. Pour ce faire, vous pouvez choisir parmi l’une des options proposées sur la présente fenêtre ou bien encore et le cas échéant, en configurant votre navigateur.

Si vous refusez les cookies, nous ne pouvons pas garantir le bon fonctionnement des différentes fonctionnalités de notre page web.

Pour en savoir plus, veuillez lire le rubrique INFORMATIONS COOKIES sur notre page web.

 
Daily news / Sports challenges

Soirée de réveillon

Tuesday 1 January 2019

Ce lundi 31 décembre débute à  4h30 comme c’est désormais mon quotidien. Flâner un peu au lit dans un espace incohérent, se forcer à affronter les 14 degrés de la chambre et se hisser sur le home trainer pour une courte session matinale. C’est jour de fête, une belle soirée de réveillon entre amis au programme.

La France est le pays au monde qui offre la meilleure qualité de vie mais s’obstine pourtant à la dépression. Cela ne changera pas en 2019. «Pourquoi renoncer au bonheur ? » serait-la question à poser lors d’un prochain référendum d’initiative citoyenne…  L’ultime journée 2018 défile dans un marasme diffus et ultra connecté.

Avec une demi-heure de retard,  j’arrive dans les premiers. J’affronte des instants compliqués, entre la faim qui tiraille, ces préparatifs à finir, cette sensation d’être ailleurs. Je reste droit et presque silencieux, un peu gauche devant l’agitation qui s’accélère. Avec ce bras droit qui m’inquiète. Il a suffi que mon coach me dise « tu nages trop, j’ai connu de nombreux athlètes qui ont eu un problème à l’épaule. Et ensuite c’est extrêmement compliqué, le tendon sous l’épaule est difficilement accessible... » D’un je ne nage pas trop, de deux mon coach en natation m’a répondu « une tendinite à l’épaule, tu l’aurais eu bien avant ». Et pourtant le cerveau se fixe à cette idée comme un arapède à son rocher.

Enfin l’heure de trinquer est là. Les verres de vin ces derniers mois tiennent sur mes doigts. Et la soirée se passe. Joyeuse, animée, codifiée, gourmande, fraternelle.

Je rentre un peu avant 4h. Que faire ? Je ne vais pas laisser tomber ma résolution de l’hiver de me lever à 4h30 un premier de l’an.

J’enfile mes habits de trail, j’attrape ma frontale, mon sac, un minimum d’eau, gels, téléphone. Je ne sais pas à cet instant la durée, la destination de cette échappée belle…

Nuit noire d’une lune au quart, le mistral a chuté avec l’obscurité. Je croise quelques voitures qui toutes me klaxonnent, de bienveillance j’imagine.

Je reprends les « sentiers noirs » de Provence, ce sol calcaire me violente, acerbe, dur, instable, glissant. Et surtout indifférent. Au fur et à mesure des trois cents mètres d’ascension, la fraicheur me happe, le souffle le ressent. C’est une sensation de légèreté qui pénètre mes poumons. En revanche courir sur ces agapes reste une expérience. Au loin une usine de chaux, et plus loin encore par les sentiers de protection des incendies qui zèbrent la colline, je découvre le complexe pétrochimique de Lavera au process mal maitrisé. Les opérateurs de nuit auraient-ils trop fait la fête ? Une torche de gaz s’enflamme telle la respiration d’un coureur de fond. Régulière et ample.  Je m’éveille dans un film de science fiction. Des lumières étincelantes et cette gerbe de flamme qui illumine les nuages égarés.

Je m’arrête à un carrefour, déchiffre les panneaux de randonnée. Et soudain,  à l’opposé, des scintillements blancs écarlates traversent la nature. Il est cinq heures. « Qui va là ? ». Ils sont bardés de lumière, tête, torse. Et me rejoignent, c’est un couple. « On nous a déposé à Gignac la Nerthe après la soirée de réveillon,  nous filons sur  Sausset les Pins. Vous nous accompagnez ? »  J’hésite, je calcule et je renonce. Vingt kilomètres me suffiront. Je prends leur perpendiculaire et vise Carry le Rouet et sa tour Amer.

Voir aussi